expatriate RSS flickr

トウフ生活 - Tofu Seikatsu : Journal de vie d'un Français au Japon

Tofu Seikatsu: Journal de vie d'un Français au Japon au quotidien, blog, photoblog, anecdotes, embrouilles, coups de gueule, coups de coeur, coups de mou au Pays du Soleil Levant... et parfois en France aussi

17 février 2006

Double meurtre sordide à Shiga

Je sais que cela fait vraiment titre de mauvais roman policier, mais aujourd'hui, c'est ma préfecture d'adoption qui fait la une de l'actualité japonaise.
En raison du taux de criminalité "officiel" extrêmement bas, les japonais ont une passion assez morbide pour le moindre assassinat se déroulant aux quatre coins de l'archipel. Donc vous l'aurez compris, cette fois-ci, c'est ici que ça se passe.

Un meurtre reste un meurtre, mais celui-là a tous les éléments propres à lui valoir une plus grande popularité.

  • les victimes: un petit garçon et une petite fille, âgés de 5 ans, japonais (et ça a son importance..)
  • le coupable présumé: une femme, âgée de 34 ans, chinoise (et ouais)
  • les causes des décès: des multiples coups de poignards au dos, au foie, à la poitrine...

Le lien entre les petites victimes et leur assassin? La coupable présumée est également la mère d'une petite qui fréquentaiit la même école maternelle. Les trois mères avaient l'habitude de se relayer pour emmener leurs enfants à l'école.

Mais tel que relayé et traité par la presse, la nationalité de la coupable est un élément essentiel. Dénommée Zheng Yongshan, elle possède aussi un nom japonais, Mie Taniguchi (je ne comprendrais jamais les chinois qui se trimballent avec des dizaines de noms...). Elle a été retrouvé à Otsu (chez moi..), avec sa petite fille, vivante.

Dans toutes les affaires criminelles au Japon, les voisins sont toujours extrêmement bavards, face aux caméras et au micro, mais le visage caché. Ces voisins (tout le monde en a des comme ça) sont bizarrement souvent des vieilles, et bien sûr des comères patentées... Sous l'étiquette "un(e) voisin(e)", ils déblattent un nombre incommensurable de ragots.
Pour l'affaire qui nous concerne, ces chers "voisins" suggèrent que Madame Zheng menait une vie solitaire depuis qu'elle avait épousé son mari japonais et était arrivée à Nagahama: "Elle a un mari japonais, et pourtant elle ne parle pas japonais" (ça arrive à d'autres), "Elle avait l'air seule". Une autre comère ajoute: "Elle n'est pas bonne en japonais. Je pense qu'elle ne s'est pas habituée à sa vie ici".

Plusieurs choses curieuses dans tout ça: une femme habitant au Japon, avec un japonais et une fille de 5 ans ne parlerait pas vraiment japonais.. ces chers voisins prompts à déblaterer sur son compte ont-ils tout fait pour l'intégrer? Ce n'est forcement le point fort des japonais, surtout vis-à-vis des chinois..

En tout cas, la presse se complaît une nouvelle fois à mettre en avant un crime "encore" commis par un étranger... on est pas loin de la xénophobie rampante...

Posté par massiou à 19:05 - Ep.1: Shiga mon amour.. (mars 05/avril 06) - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Sympa l'ambiance.... Mais malheureusement, je crois que pour les voisins c'est un peu partout pareil.
    Quant au fait en lui-même, c'est réellement sordide !

    Posté par Pascal.B, 20 février 2006 à 18:49
  • On est malheureusement en plein dans la xénophobie au Japon... chaque fois que je parle de criminalité avec des japonais, on me répond "c'est les étrangers"... o_Ô
    Du coup, il me suffit de rester planter 10 minutes devant la maison de mes beau parents (Yokohama) pour voir une voiture de police débarquer 5 minutes plus tard...

    Posté par David, 22 février 2006 à 23:06

Poster un commentaire







banniere_140x70