expatriate RSS flickr

トウフ生活 - Tofu Seikatsu : Journal de vie d'un Français au Japon

Tofu Seikatsu: Journal de vie d'un Français au Japon au quotidien, blog, photoblog, anecdotes, embrouilles, coups de gueule, coups de coeur, coups de mou au Pays du Soleil Levant... et parfois en France aussi

24 septembre 2008

"Pourquoi es-tu venu au Japon?"

C'est souvent la question que l'on me pose, et c'est probablement la plus difficile a repondre. En me balladant sur les blogs, je sens une attirance grandissante vers le Japon de la part de la generation d'en dessous (en gros, ceux qui n'ont jamais aprris a l'ecole que le tres gros pays a droite sur la carte s'appellait URSS). Des messages me parviennent encore, meme quand je n'ecris plus, me demandant comment je suis venu ici, pourquoi et surtout comment...

Je suis arrive au Japon pour la premiere fois, petuit etudiant, il y a plus de 7 ans. Ni pour le travail, ni pour une fille, ni pour apaiser ma soif de culture japonaise en arts martiaux ou en manga... Non je suis arrive au Japon parce que c'etait different et c'etait loin. J'aurais pu atterir en Afrique du Sud ou en Australie, mais le choix s'est pose sur le Japon, presque "comme ca", pour voir...
Et je suis revenu, une fois, deux fois, trois fois... et finalement toujours pour la meme raison: je me sens bien ici. J'apprecie de vivre dans ce decalage toujours complet avec les gens, la societe qui m'entoure. La premiere chose a abandonner en arrivant ici, c'est cette illusion de croire que l'on sera un jour "comme eux", un membre a part de ce pays. Tout etranger joue un role, sait ou essaye de s'integrer a sa maniere, mais ceux qui pensent pouvoir devenir une partie de ce groupe se trompe loudement.

Il est vrai que le Japon attire les petits francais, car il sort de tout ce qui nous est proche depuis que nous sommes petits: loin de notre culture francaise, de ses influences complexes mediterraneenes, arabes ou africaines, loin aussi de ce modele anglo-saxon culturellement present partout. Non, le Japon evoque beaucoup plus l'ailleurs, l'autre, avec sa part de mysteres, et donc de mystique. On en reve, on le fantasme, on le decouvre, et on peut en repartir decu ou ravi...

et je me rends compte que meme si je reste 30 ans ici, je n'arriverai toujours pas a repondre a la question...

Posté par massiou à 16:24 - Ep.2: Tokyo, émois et moi... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







banniere_140x70